Articles Tagués ‘Soda’

Nous sommes cois.
Nous sommes quoi ?

Comme trois ronds de flancs, nous regardons, stupéfaits, les cadavres des canidés gisant au milieu d’un indescriptible fatras. Même Paco, avec sa plaie sanguinolente, reste interloqué par la violence de ce qui vient de se produire et la brutalité de son achèvement. Le silence qui suit les cris, les heurts, le fracas en est presque choquant. En moi, résonne un écho de l’évènement. Je ressens encore la sensation de porter les coups, la peur, l’adrénaline, la frénésie. Un frisson me parcourt la colonne vertébrale de bas en haut, je tressaille légèrement à son passage.
Des larmes coulent sur les joues de Feda, mais elle se remet rapidement en selle pour demander au blessé, des sanglots dans la voix, s’il a besoin d’aide. Ensemble, ils s’occupent de le soigner, lui lui indiquant où se trouvent les accessoires nécessaires, et elle les mettant en œuvre. Je viens prêter main forte pour placer les bandelettes collantes qui referment la plaie, car il faut la maintenir aussi fermée que possible le temps de les placer. De toute façon je n’ai rien d’autre à faire à part le ménage, ce qui me gonfle terriblement.

Sitôt sur pieds, Paco effectue prélèvements et analyses à l’aide de ses appareils sur les chiens morts tandis que nous faisons un peu de rangement et essuyons le sang au sol. Sur son moniteur, on peut voir le paysage d’une ville la nuit se dessiner selon les contours de l’encéphale du moins abîmé d’entre eux. La colonie de Valérie est toujours là, paraissant plus active que jamais. Je demande à Paco de nous contrôler aussi.

Le ton monte. Il ne veut pas. Il craint ma réaction si jamais je me vois très colonisé. Feda hésite quant à savoir si elle est de son avis ou du mien. Je veux savoir. Savoir si l’on est con et à quel point est la base d’une possibilité d’amélioration. Je le dis d’ailleurs à mon ami. Il change d’arguments, tentant différentes formules pour me dissuader, mais j’insiste avec lourdeur.
-Tu ne comprends pas, me dit-il enfin en roulant bien son « r », les yeux particulièrement expressifs de sa détresse. Ça ne se soigne pas !

-Comment cela, ça ne se soigne pas ?

-La colonie grossit, est vouée à grossir et ne peut se résorber. Depuis que nous nous sommes vus pour la dernière fois, j’ai évidemment poursuivi mes recherches et m’apprêtais à t’en faire ce résumé quand tu serais revenu dans le labo, s’il n’y avait eu ces chiens. Valérie est là depuis longtemps, tu sais. Très longtemps. Je n’ai pas encore compris comment elle voyageait d’un corps à un autre, quel était son mode de propagation, mais ce que je peux te certifier, c’est que la colonie enfle, inexorablement, dans l’humanité.

-Dans les humains, tu veux dire, lui réponde-je ?

-Dans l’Humanité.

A cet instant, Feda se rapproche de moi et nous nous asseyons avec une belle synchronisation pour écouter Paco en étant assez près de lui pour discerner la vascularisation du blanc de son œil. Il reprend :

-Je n’ai eu accès qu’à des corps datant, au maximum, de quatre siècles, et ai pu contrôler certains de nos contemporains vivants ou morts. Aucun n’en était exempt. Valérie était dans chaque corps, en une concentration plus ou moins importante. Si celle-ci est variable d’un individu à l’autre pour une même période, la densité et l’extension des colonies augmente au fil du temps, avec le pic pour la période actuelle.

-Tu es en train de nous dire que nous aussi, en somme ? Demanda pour la forme ma chérie.

-Vous en êtes vraisemblablement truffés, oui. Il en va de même pour moi. Apparemment nous naissons avec, et la colonie se renforce à mesure que nous vieillissons. Je ne sais pas quels sont les critères de ralentissement ou d’accélération de sa croissance.  Il semblerait que l’exercice cérébral limite la migration de Valérie des points de forte densité vers les zones les plus impliquées  dans cet exercice. La passivité intellectuelle semble être ce qui la favorise le plus, mais la violence (pratique ou sous forme de spectacle) est apparemment très impliquée dans son développement aussi.
Silence estomaqué, dégoûté. Posant un coude sur mon genou, je plaque la main qui le surplombe sur ma bouche, et m’affaisse dessus, le regard vague.
Les implications de cette découverte ne remettent a priori pas en cause ce que nous sommes, puisque nous nous sommes construits ainsi. Seulement, j’ai quand même foutrement l’impression qu’une part non négligeable de mon libre arbitre vient de foutre le camp. Sans Valérie, je serais certainement plus intelligent, ce qui signifie que je suis beaucoup plus con que je le devrais et, surtout, que je le pense.
Je digère l’info. Feda aussi, différemment de moi. Je la vois s’effondrer littéralement, sa main droite dressée paume en avant, bras tendu dans ma direction pour m’empêcher de venir la prendre dans mes bras pour la consoler alors qu’elle n’est qu’un torrent de larmes.
Non, nous dit Paco, on n’est pas tous foutus.
Je ne le crois pas.
Ce qui apparaît dans la suite de sa description de ses dernières découvertes, c’est que la place de Valérie est donc croissante, et que son rôle au sein de l’humanité va lui aussi croissant. Les chiens sont, à ce jour, les seuls animaux chez lesquels il a pu observer des colonies. Il pense que les singes pourraient eux aussi être touchés, mais il n’a pas pu accéder à des sujets d’étude. Probablement les canidés domestiques jouent-ils notamment le rôle de vecteur. Cependant, l’épisode que nous venons de subir dénote une autre dimension de l’implication des clébards dans la prospérité du parasite. Ce que nous avons vécu est totalement hors des clous en matière de physiologie comme d’éthologie.

Je ne l’écoute plus.
Sa description non seulement me sert la gorge, mais en plus elle me désespère. J’ai d’ores et déjà l’impression qu’il est trop tard, que nous n’y changerons rien.
Pire : je me rends compte du silence assourdissant qui nous entoure, qui dans l’immédiat m’inquiète beaucoup plus.
-Nous venons de nous battre contre trois chiens enragés, qui ont pénétré dans un bâtiment public après s’être rués sur les portes, causé un vacarme considérable dans ces couloirs qui résonnent énormément, dis-je à mes deux compagnons en interrompant Paco dans son déprimant exposé. Nous avons abattu ces trois animaux non sans mal, après qu’ils aient détruit la porte d’entrée du labo, au milieu de cris que nous n’avons pas su retenir et des aboiements. Pensez-vous que personne n’ait rien entendu ? Pouvez-vous m’expliquer pourquoi personne n’est ni à notre porte, ni sur le perron de l’immeuble, ni à notre chevet, alors que j’ai pu voir des passants et qu’à n’en pas douter nous ne sommes pas les seuls occupants du bâtiment à cet instant ? Paco, de quoi as-tu impérativement besoin avant qu’on se barre, très vite ?
Poussée d’adrénaline,  le court passage glacial du sang dans les veines étant rapidement remplacé par une sorte de fièvre qui regonfle mes muscles malgré moi. Les deux autres blêmissent, puis se rechargent de coloris plus chauds, non sans avoir manifesté brièvement un affaissement global sur leurs jambes s’étant un instant ramollies. Ces moments de tension ressemblent à la fin d’une constipation qu’on peinerait à retenir : ils vous tirent les boyaux du scrotum au diaphragme, relancent leur écho violent jusque dans la poitrine et les épaules, les ordres envoyés à vos membres ne l’étant pas par votre seule volonté mais par des réflexes (reptiliens ?) qui alimentent malgré vous votre aptitude à fuir le danger. Ce n’est pas pour rien qu’on parle de serrer les fesses quand on passe un moment difficile ; votre sphincter anal  est l’exutoire à la surpression, si vous la dirigez mal. Tout comme il se relâche au moment où vous crevez.
On remplit à la hâte des sacs, des caisses faciles à transporter en un seul voyage, nos poches. Je jette un œil à la fenêtre. Notre bagnole est là, personne autour. Je m’arme, ils s’arment. On dévale les escaliers pour foncer vers le parking.
En bas de l’escalier plusieurs personnes semblent attendre, debout, regardant dans notre direction. Aucune marque d’agressivité. Seulement un regard ovin généralisé qui semble peiner à comprendre ce que nous faisons. Etudiants pour la plupart. J’invite les deux autres à presser le pas et à faire bloc, avant qu’ils réalisent et prennent une décision nous concernant. En tête de notre petite échappée, je bouscule de l’épaule ceux qui entravent notre passage. Vu leur manque de réactivité, je les imagine pleins de Valérie. La main cramponnée à ma batte salie de poils collants, tenant mes caisses avec les poings pour pouvoir réagir le plus rapidement en cas d’attaque, j’ouvre la voie vers notre voiture dont je vérifie qu’elle ne montre aucun signe de sabotage ou de crevaison. Mon cœur va exploser. Je sens la poitrine de Feda effleurer mon dos, ça me rassure. Elle est bien là.
J’ouvre les portes et nous jetons tout notre chargement en vrac à l’arrière, où s’engouffre aussi un Paco exsangue. Feda monte à l’avant, je conduis parce que je suis un con de mâle. On verrouille les portes.

Je démarre sans empressement, pour ne pas nous faire remarquer. Un problème à la fois, s’il vous plaît. Feda insiste pour que j’accélère, ce que je refuse catégoriquement. Je lui fais remarquer que les seules personnes à manifester de l’intérêt pour nous sont celles que nous avons vues dans le bâtiment et le parking, qui nous ont suivis d’un regard appuyé jusqu’à ce que nous le quittions. Sitôt quitté cette aire, les passants ne nous ont accordé aucune forme d’importance. Je ne veux pas que ce soit le cas. Je ne veux pas que des flics nous arrêtent et nous demandent pourquoi nous avons du sang sur nous, pourquoi Paco est blessé. Je ne veux pas éveiller le moindre soupçon, attirer la moindre attention. Je veux que nous redevenions tout le monde.
La rixe verbale se calme. J’ai envie de pisser. Sûrement la peur.

Paco se sent mal mais ne veut pas l’admettre. Il a de nouveau perdu les belles couleurs de la cavalcade bien qu’il ne saigne pas plus. Il présente un teint blanc jaunâtre et de soudains cernes sous ses yeux. Non, il ne veut pas qu’on s’arrête aux urgences, ni même dans une pharmacie. Ça m’arrange, je préfèrerais qu’on soit loin le plus rapidement possible. Les seules haltes concédées consistent en un retrait aussi massif que possible d’espèces dans trois distributeurs de billets différents  et l’arrêt dans une station-service pour user une dernière fois ma carte bancaire non loin du labo, le temps de remplir le réservoir de carburant et de vider les vessies des deux bonshommes. Brouillons les pistes, prévoyons la cavale. Nous avons changé de statut, passant de citoyens lambda à fuyards.
Si seulement on savait ce qu’on fuit.

 

 

 

Publicités