J’en suis là.
Après avoir gravi les escaliers quatre à quatre, je pousse vigoureusement la porte du labo de Paco, où l’on ne lève qu’à peine les yeux vers moi. Je ne sais pas quelle distance il reste entre les chiens et moi ; trop peu pour avoir le temps d’expliquer. Je referme la porte avec une vivacité de celles que confère la panique, et cherche ce qui est à ma portée pour m’aider à la coincer. Je n’ai pas pu bloquer celle du rez-de-chaussée. « Aidez-moi ! » crié-je. Devant mon comportement, Paco se lève, hébété. Feda me regarde avec des yeux ronds, avant de comprendre qu’il se passe réellement quelque chose de grave, et que je ne fais pas mon intéressant suite à ma récente vexation. On tire un bureau, on plaque des chaises et, surtout, j’enjoins chacun à trouver une arme, quelle qu’elle soit.

Contrairement à ce qu’on voit dans les films, les chiens n’aboient pas forcément lorsqu’ils se jettent sur leur victime. Les chiens de chasse n’aboient pour la plupart que lorsqu’ils la poursuivent sans l’atteindre ou qu’ils sont « au ferme », par excitation et pour communiquer avec leur maître ou le reste de la meute. Les chiens d’attaque, eux, mordent avant  de prévenir. Les trois clébards percutent donc la porte du bâtiment en silence, si ce n’est le fracas répété de leurs crânes contre le verre renforcé de celle-ci. Sitôt la barricade construite, je me penche discrètement à la fenêtre pour voir ce qu’il en est. Mes comparses m’accompagnent.
J’ai du mal à voir, l’étage où nous nous trouvons surplombant légèrement l’accès principal. Deux des chiens bondissent à tour de rôle sur la porte, se dressant pour tenter de l’ouvrir avec leurs griffes. Le troisième fait le tour de l’immeuble, probablement à la recherche d’un autre accès. La caution scientifique de notre équipe est juste capable d’émettre un désespérant « On est mal » en passant sa main gauche dans les cheveux. Il me rassure cependant en me répondant par la négative quant à la présence d’un autre accès plus facile à ouvrir. Les chiens insistent, se cognent et se re-cognent, grattent, griffent, changent de posture, cherchent les failles. Le troisième se remet à la tâche avec les autres. On téléphone aux carabiniers pour leur signaler trois chiens errants agressifs, et on cherche dans ce labo ce qui pourrait le cas échéant nous servir à éclater un clébard enragé.

A la question « comment ont-ils pu retrouver notre trace et nous rattraper si vite ? », je ne reçois pas de réponse. C’est empiriquement impossible, et chacun d’entre nous le sait. Les carabiniers nous ont mis en attente et nous entendons la grande feuille de verre durci se répandre sur le ciment du seuil et le carrelage du hall  d’entrée. C’est la Berezina.
Je casse une lampe de bureau de façon à ce qu’on puisse la tenir sans risque tout en pouvant électrocuter avec l’autre extrémité. Je la confie à Feda, qui tient déjà un couteau. Paco, paniqué, cherche visiblement une seringue. Je ne perds pas de temps et casse une table de travail pour en récupérer le pied et l’utiliser comme une batte. Choisir sa place, organiser l’accueil. Y a-t-il une corde ou quelque chose qui y ressemble ? Cordon électrique ? Trop court. Câbles ethernet ? Pas assez solides. Cordons et connectiques divers ? On en aura besoin après. Je glisse la table démontée entre Feda et l’entrée barricadée. Je ne veux pas qu’elle prenne de risque, mais nous ne pourrons peut-être pas nous passer d’elle dans la bagarre. Je simule les coups de batte pour observer si j’ai le débattement nécessaire à un mouvement puissant sans risquer d’atteindre mes compagnons d’infortune. Tout se produit avec une instantanéité étonnante. Les chiens sont là, à déjà s’attaquer à la porte du labo, ébranlant notre édifice de protection à chaque coup de boutoir. De quoi sont-ils faits ? Je regarde la porte et Paco trembler. Je devine Feda tremblant tout autant. Nos jambes sont vides et le bâtiment tout entier semble trembler aussi. Trois golden retrievers déchaînés pleins de Valérie veulent notre peau.  Absurde.

Rien ne me met plus en rogne que l’absurdité, hormis peut-être la mauvaise foi et le fait d’être pris en défaut. Mes jambes se regonflent, je retrouve mon énergie et frappe à plusieurs reprises le pied de table métallique au sol, écrasant l’une des terminaisons avec le talon pour l’aplatir tant que faire se peut.  Il n’est pas très solide, mais ainsi renforcé il fera plus de dégâts. Je sais comment on tue un chien, un chasseur me l’a expliqué un jour, en m’expliquant que c’était la même méthode  que pour les renards, lorsqu’ils étaient pris dans une chatière ou un collet : frapper très fort sur le museau pour le briser. J’ai mal pour eux rien que d’y penser, mais je fais en sorte de me projeter suffisamment dans  l’acte pour qu’il accapare tout mon esprit. Je n’ai plus peur. Un regard vers Feda, qu’elle reconnaît aussitôt. Elle retrouve confiance. Paco tremble avec sa seringue. Je lui dis de la scotcher au bout du manche à balai, et d’en préparer deux autres tant qu’il est encore temps. Je ne sais pas ce qu’il y a dedans et ne veux pas savoir. Nous avons seulement besoin que cela soit efficace très rapidement. Il prépare ses deux banderilles avec une promptitude extrême, nous mentionnant le fait que la dernière est moins dosée, faute de produit. L’idée d’enflammer les chiens me passe un instant par la tête, mais j’y renonce presque aussi vite qu’elle est venue. Pas besoin d’incendier le labo qui abrite peut-être l’outil essentiel à la résolution d’un problème dont je n’ai pas encore tout compris.

La porte commence à céder, par son cœur. Les huisseries se sont un peu décollées du mur à force de vibrations, mais c’est bel et bien la partie centrale qui, plus fragile, dévoile en premier la truffe et les crocs de notre plus vif assaillant. Je me place de côté, tenant avec une fermeté insensée mon arme improvisée. Le chasseur m’a-t-il menti ?
Le museau ne dépasse pas assez. Tout juste apparaît-il lorsque l’animal mord le corps de porte pour en arracher des morceaux et se dégager un passage plus large. Trop d’os sur la tête pour y piquer une aiguille, et pas assez de surface de contact pour l’électrocuter assez longtemps pour le neutraliser. Je serai forcément le premier à agir.
Ce sont maintenant deux truffes qui apparaissent  dans un déferlement de furie, ravageant la porte en bois bas de gamme comme s’il s’agissait d’une structure de carton. Je me rends compte que je n’aurai probablement pas le temps de cogner assez vite pour empêcher l’un d’entre eux de pénétrer dans la pièce. Notre barricade ne vaut rien, ils creusent au-dessus d’elle. Alors je frappe. Et je frappe. Je rate, je manque, je touche, mais pas assez fort ni précisément pour obtenir autre chose qu’un horrible couinement de douleur. Je frappe sans discontinuer avec toute la rage que je peux y mettre, en essayant de prendre les clébards de rapidité chaque fois que leur tête disparaît pour éviter mes coups. Ils savent que je veux les tuer, et se méfient. Malgré cela, ils continuent de prendre le risque de démonter ce qu’il reste de la porte. C’est une action collective, où les rôles semblent être définis. Je frappe. Je frappe. J’essaie de ne pas m’épuiser. « Paco ! Viens ! ». De face, il doit pouvoir accéder à la poitrine des deux qui attaquent sans discontinuer pour y piquer l’une de ses banderilles.  Paco est tétanisé. Ces chiens ont la force d’ours, son mental ne l’accepte pas. Sa tête oscille en un mouvement de négation incontrôlable mais le reste de son corps ne bouge pas. Si je m’écarte pour aller chercher les lances-seringues, les fauves passent dans les deux secondes.  Et hors de question de faire quitter son abri à Feda, qui est à l’exact opposé de Paco par rapport à la porte. Je crie à mon ami de se ressaisir, sans succès. Et je frappe.
Concentration.
Tenter l’arythmie. Travailler le contretemps. Viser juste, mais avant d’avoir la cible sous les yeux. Y mettre beaucoup de force. Je retiens mon coup, prends une grande inspiration et frappe, de toutes mes forces en poussant un hurlement sec libérateur. Le pied de table aplati s’abat sur le museau du chien dans un immonde craquement, qui n’entraîne pas même un gémissement. L’animal s’effondre aussi sec, à peine assez longtemps pour empêcher les deux autres de continuer de creuser et de tirer son corps avec leurs crocs, le traînant à leurs pieds pour mieux pouvoir l’enjamber. Le trou est large maintenant, je suis sûr qu’un chien peut passer. Je dis « attention » sans crier à l’adresse de Feda, dont j’entends qu’elle adapte sa position pour la rendre aussi offensive que défensive. Je ne sais pas si les fils dénudés seront des électrodes suffisantes pour calmer ces bêtes, mais je sais qu’elle a aussi un couteau dans la main qu’elle sollicite le moins. Je lui dis de viser la gorge ou les yeux, l’invite à la plus grande promptitude quand le chien l’attaquera. En en faisant une évidence, elle n’a plus qu’à s’y préparer plutôt que de le redouter.

Tandis que je réarme mes bras pour envoyer un nouveau coup létal sur le chien suivant, l’un d’entre eux parvient à pénétrer avec une vélocité formidable, suivi de très près par le second, qui le pousse presque. Je dois adapter mon  mouvement, pour à tout prix freiner le premier en le frappant n’importe où , et profiter de mon élan pour envoyer la plus grande volée possible sur le second. Je crois que je casse une patte du premier, et atteins la tête du second.  Le premier chute en flanchant sur son membre brisé, tandis que le second se retrouve dévié dans sa trajectoire en émettant un couinement déchirant. Glissant sur le carrelage, ils évoluent avec une imprécision leur faisant valdinguer différents matériels dans la salle. Cela n’entame la rage ni de l’un, ni de l’autre. Redressé sur trois pattes presque immédiatement après avoir chu, le premier fonce  tous crocs dehors vers celui d’entre nous se trouvant le plus près de lui. Paco, terrifié, a ses faveurs. Je m’acharne sur le second clébard, le frappant sans lui laisser le moindre répit. Je crie à Paco de pointer sa « lance »  vers le chien, ce qu’il fait plus machinalement que consciemment, tant mon ordre est autoritaire. Dans sa hargne, l’animal se jette sur la seringue comme s’il ne l’avait pas vue. De mon côté, je cogne sans discontinuer sur celui que j’ai étourdi, l’empêchant de reprendre sa charge, voire de respirer. Je porte le coup de grâce quand j’entends les cris de douleur de Paco, attaqué à la gorge. Ses mains, placées en barrage, sont dans la gueule du chien qui s’agite avec force et violence pour littéralement les arracher. Feda quitte son abri, lampe en avant, pour envoyer la décharge souhaitée dans la chair de la bête, mais le cordon électrique n’est pas suffisamment long pour lui permettre d’atteindre l’endroit où lutte notre ami. Je me précipite à mon tour et, d’un coup de batte haineux, je brise les reins de la bestiole, qui émet un cri de souffrance tel que je n’en ai jamais entendu, qui me lève le cœur. La bête s’effondre en couinant horriblement fort, sans s’arrêter. Paco, très ensanglanté, saisit avec difficulté la seconde seringue, qu’il injecte à l’animal, me demandant de ne pas l’achever avec les moyens dont je dispose. En quelques secondes, l’animal s’éteint dans un ultime gémissement, presque sans une goutte de sang.

On les avait tous tués. A les voir gisant, plus ou moins détruits par mes soins, ils me paraissent tout à coup minuscules et pitoyables.

 

***

Publicités
commentaires
  1. Leodamgan dit :

    J’ai lu les deux derniers épisodes d’une traite.
    C’est un vrai roman de SF! En plus avec ton style si particulier.
    J’espère la suite.

  2. juliette dit :

    une tuerie ! quelle peur !
    Bravo pour ce récit affolant … je lirai la suite demain , mon petit cœur est fatigué là …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s